Qu’est-ce qu’un audit social ?

Auparavant circonscrit à la gestion des ressources humaines, l’audit social a dû évoluer face à l’internationalisation des entreprises et recouvre désormais l’analyse et le contrôle des pratiques sociales de l’entreprise. Voyons en quoi consiste un audit social et quels sont ses objectifs et ses champs d’application.

Comment définir un audit social ?

L’IFACI (Institut Français de l’Audit et du Contrôle Interne) définit l’audit social comme :
“une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maitrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de management des risques, de contrôle et de gouvernement d’entreprise en faisant des propositions pour renforcer leur efficacité”.
Toutefois, le domaine social recouvre des spécificités qui nécessitent de distinguer plusieurs champs d’application avec des méthodes adaptées.

Les champs d’application de l’audit social

L’audit de conformité

Ce type d’audit évalue la conformité des pratiques internes à l’entreprise par rapport à des référentiels normatifs extérieurs : droit du travail, conventions collectives, accords d’entreprise. Il permet également de déterminer les risques ainsi que les répercussions financières et sociales en cas de défaillances pointées lors d’un contrôle (URSSAF, médecine du travail, inspection du travail…).

L’audit d’efficacité

Ce type d’audit évalue la performance des pratiques RH de l’entreprise par rapport à des objectifs fixés dans le cadre de sa politique sociale. Cela peut concerner des domaines aussi variés que : le recrutement, la formation, l’évaluation, la rémunération, la gestion des compétences, la sécurité du travail, etc. Il s’agit non seulement d’évaluer les pratiques mais aussi la pertinence des objectifs afin d’amorcer une conduite de changement de la manière la plus efficace possible. Pour cela, l’auditeur peut s’appuyer sur du benchmarking afin de comparer les pratiques de l’entreprise à des pratiques externes ayant fait leurs preuves. ¬¬¬

L’audit préalable à une situation de changement

Ce type d’audit peut être utilisé en cas de fusion-acquisition, investissement, réorganisation de l’entreprise, négociation d’un accord collectif…, afin d’accompagner le changement à travers des process et des pratiques pour assurer un management agile tout en préservant le climat social au sein de l’entreprise.

L’audit de stratégie

Ce type d’audit permet de comprendre une situation sociale particulière afin d’en tirer des enseignements et de faire évoluer les pratiques pour éviter qu’elle ne se reproduise. Exemples : climat social dégradé, conflit social, turnover, absentéisme…

Quels sont les objectifs de l’audit social

  • Étudier les écarts avec des référentiels d’ordre normatif, légal, règlementaire ou conventionnel.
  • Étudier le respect des législations du travail et évaluer les risques juridiques pour non-respect du droit du travail.
  • Analyser les données sociales et évaluer la politique et l’organisation sociale de l’entreprise.
  • Analyser les pratiques et process RH.
  • Mesurer l’impact de la politique RH d’une entreprise sur sa valeur financière.
  • Prévenir les conflits sociaux et anticiper les risques stratégiques.
  • Optimiser le coût des charges sociales.
  • Évaluer les risques (individuels ou collectifs), concernant la rémunération, la santé, la sécurité ou les risques de contentieux (ex : éviter le risque de redressement de l’URSSAF).
  • Rectifier le trop-perçu ou bénéficier d’éventuelles aides non perçues.

Quels sont les avantages d’un audit RH pour l’entreprise ?

  • Il améliore la sécurité de l’entreprise en identifiant et en réduisant les risques liés au non-respect des règlements internes et externes.
  • Il garantit la mise en place de dispositions sur la base d’une information fiable et pertinente.
  • Il améliore l’efficacité de l’entreprise en l’aidant à atteindre ses objectifs via des actions correctives lui permettant de remédier aux anomalies détectées.
  • Il réduit les coûts des charges sociales en détectant les gaspillages de ressources et contribuant à créer de la valeur ajoutée.
  • Il contribue à l’amélioration des choix stratégiques de l’entreprise en suivant l’efficacité des mesures correctives et en assurant une veille sociale pour améliorer les pratiques sociales sur la durée
  • Il améliore l’image de l’entreprise auprès des tiers et des représentants du personnel.